Influenza aviaire : vers la fin de l’épizootie après un pic ?


[…] Avec l’apparition de nouveaux foyers, le ministère de l’Agriculture a imposé vendredi de nouvelles mesures visant à « assainir les zones de production de volailles » dans une « zone de restriction » englobant toute l’Aquitaine, les départements voisins du Gers, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Vienne, ainsi que quelques communes du Lot et de Charente. Dans ce périmètre, des « mesures de biosécurité » doivent dorénavant être appliquées pour l’élevage, le transport et l’abattage des volailles. Ces mesures de bio sécurité draconiennes devraient faire reculer l’épizootie.

Depuis le premier foyer d’influenza aviaire confirmé en Dordogne, le 24 novembre dernier, et la déclaration à l’office international des épizooties (OIE), la maladie a progressé très vite, mais l’Office estime que la maladie va s’arrêter assez vite. « La première réaction de certains pays tiers a été de fermer leurs portes aux volailles et produits de volailles aux exportations françaises dont le Japon qui est devenu le premier client étranger pour le foie gras cette année devant l’Espagne. Cette réaction est logique, c’est le principe de précaution qui devait s’appliquer. Aujourd’hui, grâce aux efforts du ministère des Affaires étrangères et des services de l’Etat, il y a de vraies avancées pour que nos produits reprennent le chemin des exportations, surtout pour ceux confectionnés avant la confirmation du premier cas. Certaines frontières devraient donc se rouvrir, »précise Christophe Barailh.[…]

Source: www.aqui.fr