La grippe aviaire dans le sud-ouest : questions sur les virus


Plusieurs virus de type aviaire ont été identifiés : IA H5N1, H5N2 et H5N9. L’épidémie a démarré soit par une infection avec des oiseaux sauvages contaminés, soit par une contagion avec des volailles atteintes d’une forme faiblement pathogène d’influenzia aviaire qui aurait mutée en une forme hautement pathogène.

Aussitôt détectées, les différentes souches de grippe aviaire ont été analysées par les laboratoires travaillant pour l’Anses, l’agence de sécurité alimentaire française. Un diagnostic rassurant a été fait : les virus identifiés (IA HP H5N1, H5N2 et H5N9) sont clairement différents des virus H5N1 (lignée asiatique A/goose/Guandong/1/96) hautement pathogènes pour l’homme qui étaient apparues en 2005. « L’ensemble des segments (génétiques) analysés sont de type aviaire, ce qui permet de considérer comme quasi-nul le risque de transmission à l’homme » dit le rapport de l’Anses.

Les pouvoirs publics assurent avec fermeté au grand public qu’il n’y a pas de risque d’infection pour l’homme, hormis des cas très spécifiques de contamination professionnelle. Mais le message est toujours difficile à faire passer.[…]

Source: www.observatoire-des-aliments.fr