Catégorie : Elevage

Lire la Suite

Grippe aviaire: les éleveurs landais sur le qui-vive mais sereins – L’Express

[…] Depuis la découverte des deux premiers foyers le 6 décembre, à Josse – petit village situé non loin de là – et à Douazit (Landes), M. Graciet enchaîne les réunions avec les éleveurs, les pouvoirs publics et les services vétérinaires.

Ses collègues landais, dit-il, « ont été très réceptifs aux consignes de précautions », et lui-même les applique strictement: pas question pour le visiteur d’approcher de l’enclos des palmipèdes, à 700 mètres des étables et de la ferme. Il limite la circulation dans l’exploitation au strict nécessaire, et a mis à l’abri des oiseaux migrateurs mangeoires et abreuvoirs pour ses palmipèdes.[…]

Lire la Suite

Poitiers :  » C’est moi la chef de meute ! « 

Souvent d’un élevage comme celui de Mickaëla Loiseau, responsable de l’élevage de la Vieille Puye, à La Puye. Une professionnelle du monde canin qui sera présente, ce week-end, à Poitiers. Les organisateurs du Salon du chiot tiennent à présenter des éleveurs-naisseurs qui ont pignon sur rue. « Dans l’esprit des gens, un élevage n’a rien de professionnel mais nous suivons une formation – dans mon cas un BEP élevage canin – et nous sommes très régulièrement contrôlés par les services vétérinaires », explique Mickaëla Loiseau à la tête de cinquante chiens adultes et d’autant de chiots.

Lire la Suite

Grippe aviaire en Dordogne: les oeufs et les oiseaux vivants interdits d’exportation

Encore un coup dur pour les productions périgourdines. Le gouvernement a interdit ce jeudi l’exportation d’oiseaux vivants et d’oeufs « depuis l’ensemble du département de la Dordogne, vers les autres états membres de l’Union européenne ou de pays tiers ».

C’est ce qu’affirme en tout cas le Journal Officiel.

Les transports de volailles, poussins, oeufs viandes d’espèces aviaires reste soumis à autorisation du préfet après avis des services vétérinaires pour les produits des 87 communes en Dordogne et de Haute Vienne.

Lire la Suite

Influenza aviaire H5N1 : la Dordogne soumise à des mesures de biosécurité

Deux nouveaux cas de grippe aviaire hautement pathogène ont été détectés dans deux élevages de volailles en Dordogne, via le Plan national d’intervention sanitaire d’urgence. Ce plan avait été activé par le ministre Stéphane Le Foll, le 24 novembre dernier, à la suite de la confirmation de l’infection par le virus H5N1 d’une basse-cour située à Biras. Le séquençage de la souche en cause dans ces deux nouveaux cas est en cours. En attendant, tout le département est soumis à des mesures de confinement et de biosécurité exceptionnelles pour limiter la propagation de la maladie.

Les services vétérinaires du ministère de l’Agriculture ont procédé à l’abattage par électrocution de l’ensemble des oiseaux présents dans les deux élevages où l’analyse des prélèvements a révélé la présence d’une souche d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles. Il s’agit d’un élevage d’un millier d’oies à Domme et d’un autre de quelque 14 000 canards à Saint-Paul-la-Roche, situés à quelques dizaines de kilomètres du premierfoyer.

Lire la Suite

Grippe aviaire. 15 000 volailles abattues en Dordogne

[…] Ces deux élevages, respectivement à 50 km au Nord et 90 km au sud d’un premier foyer de H5N1 découvert le 24 novembre à Biras, près de Périgueux, avaient été placés sous surveillance particulière, dans le cadre d’un plan d’urgence activé par le gouvernement. Des contrôles habituels avaient mis en évidence des taux élevés d’anticorps suggérant que les volailles de ces exploitations avaient été exposées à la maladie.

Mais contrairement à Biras, où la majorité des poules élevées par un particulier étaient mortes, dans ces deux élevages « il n’y a pas de mortalité massive, ce qui nous questionne, » a expliqué le Dr Frédéric Piron, directeur départemental des Affaires sanitaires. Des épidémiologistes ont été envoyés par le ministère de l’Agriculture afin d’étudier « ce phénomène atypique », a souligné le préfet […]

Lire la Suite

Grippe aviaire : le préfet de la Dordogne qualifie la situation de  » sérieuse »

Depuis huit jours, le département de la Dordogne est au centre de toutes les préoccupations sanitaires depuis la confirmation dans une basse cour de Biras d’un cas de grippe aviaire, le 24 novembre. Deux nouveaux foyers ont été détectés a indiqué lundi le Ministère de l’agriculture. Le premier concerne une exploitation de Saint-Paul-la-Roche où 14 000 canards ont été abattus et le second à Domme dans un élevage d’un millier d’oies qui ont été euthanasiées. Le plan national d’intervention sanitaire d’urgence a été déclenché. Comme l’a souligné le préfet Christophe Bay, cet après-midi, au cours d’une conférence de presse, la priorité est d’éviter toute propagation de l’épidémie », notamment par des mesures strictes de confinement. Le plan d’urgence comporte tout un tas de mesures pour prévenir des risques sanitaires : détermination d’un périmètre de 3 km de zone de protection et de 7 kilomètres de zone de surveillance autour des trois lieux concernés, mise en place de mesures de bio sécurité dans les exploitations.

[…] Ce mardi soir, une réunion devait avoir lieu avec les vétérinaires sanitaires libéraux du département (ils sont une cinquantaine). Un renfort d’une dizaine de vétérinaires venus d’autres départements a aussi été évoqué. Le préfet a aussi annoncé la mise en place d’une cellule d’urgence qui réunira les professionnels, la MSA, la chambre d’agriculture pour évaluer les conséquences économiques.