Catégorie : Environnement

Lire la Suite

Dépassement du cheptel à la ferme dite des mille vaches : la préfecture demande à l’exploitant de revenir à un cheptel de 500 vaches – France 3 Picardie

[Extraits du rapport d’inspection] « Dépassement du nombre de vaches laitières autorisées : L’arrêté préfectoral du 1er février 2013 autorise la SCEA Côte de la Justice à exploiter un effectif de 500 vaches laitières et leur suite. Or, à la date de l’inspection, un effectif de 796 vaches laitières a été constaté, soit un dépassement de 296 vaches (+ 59,2%).

Problème de sécurité au niveau des barrières canadiennes :
L’espacement entre les barres métalliques constituant les barrières canadiennes a été agrandi pour empêcher le passage des animaux. Il est de plus de 20 cm, ce qui présente un danger pour les piétons (salarié agricole, vétérinaire,…) traversant la zone et pour les vaches qui tenteraient de franchir la barrière.

Conformément à la législation, le rapport de l’inspection et le projet d’arrêté préfectoral ont été transmis ce jour à l’exploitant. Suite à cette remise, l’exploitant a la possibilité de faire valoir ses observations dans un délai maximal de 7 jours. »

A l’issue de ce délai, il lui sera notifié un arrêté préfectoral de mise en demeure visant à respecter les prescriptions de l’arrêté préfectoral du 1er février 2013 en abaissant les effectifs de vaches laitières à hauteur de 500 vaches dans les plus brefs délais. La préfète a présenté ces mesures aux représentants de l’association Novissen et au maire de la commune de Drucat qui ont été reçus à leur demande ce matin à la préfecture de la Somme.

Lire la Suite

Somme. Élevage intensif – Mise en demeure pour la ferme usine des 1000 vaches

Publié lundi dernier sur le site du magazine Reporterre, le témoignage fait l’effet d’une bombe. Dès le lendemain, Nicole Klein, préfète de la Somme, demande aux inspecteurs de la DDPP (Direction Départementale de Protection des Populations) de réaliser un contrôle du site. Puis décide, « dans un souci de transparence », de communiquer l’intégralité de leurs constatations.

On apprend donc que « l’état corporel général des vaches laitières est satisfaisant, à l’exception d’une dizaine de vaches à l’infirmerie, qui sont pour certaines maigres à très maigres(…)L’alimentation est présente et de qualité.(…) Les vaches sont dans l’ensemble bien adaptées aux modalités de couchage en logette et ne présentent pas pour la majorité d’entre elles un état de saleté anormal (…) Quelques vaches adultes ont des pieds à parer, mais dans l’ensemble les pieds sont en bon état. Il semble que l’épisode de boiterie soit maîtrisé. ».

Seuls points noirs, toujours selon les services d’inspection : « sur une des 4 aires de stationnement des animaux, le système d’évacuation des urines et des excréments n’est pas satisfaisant. Il en est de même dans le couloir d’accès à l’aire d’attente de la salle de traite.

Lire la Suite

Ferme des « 1.000 vaches ». Le chef d’exploitation reconnaît être passé de 500 à près de 800 têtes

« Entre le 10 avril et aujourd’hui, le cheptel est effectivement passé de 500 à 794 laitières, mais nous contestons avoir commis une faute administrative », a déclaré M. Welter à l’Afp.

Des inspecteurs de la Direction départementale de protection des populations (Ddpp) venaient d’effectuer un contrôle sanitaire à la ferme géante située à Drucat, près d’Abbeville (Somme).

Après parution lundi d’un article de Reporterre, faisant état de 700 laitières, sur son site internet, «la préfète » Nicole Klein «a demandé à la Ddpp de faire un contrôle d’opportunité dans les meilleurs délais dans la ferme de Drucat », a expliqué la préfecture.

Selon l’arrêté préfectoral du 1er février 2013, la ferme peut exploiter 500 vaches, outre les «suites », c’est-à-dire les veaux et génisses qu’elles mettent au monde.

Lire la Suite

Drucat (Somme). La ferme dite des Mille vaches en compte 800 au lieu des 500 autorisées

800 vaches se trouvent actuellement à la ferme géante de Drucat et Buigny-Saint-Maclou, près d’Abbeville (Somme). « Nous avons eu l’opportunité d’acheter le troupeau d’un éleveur qui cessait son activité », explique Michel Welter, le responsable de l’exploitation. On avait huit jours pour réfléchir. Je reconnais que j’ai anticipé une décision administrative, mais je refuse qu’on dise que je mets à mal l’environnement. »

[…] Ce mardi matin, la Direction départementale de la protection des populations (ex-services vétérinaires) a mené une inspection surprise de l’exploitation, à la suite d’un témoignage d’un ex-salarié de la ferme au site Reporterre. Le contrôle portait à la fois sur le nombre des bêtes et sur les conditions sanitaires…

Lire la Suite

« Ferme des 1000 vaches » : une inspection des services de la préfecture a été organisée pour compter les vaches

C’est vers 10h40, ce mardi 9 Juin, qu’une équipe de quatre inspecteurs de la DDPP (Direction départementale de la protection des populations) a débarqué dans la ferme dite « des 1000 vaches » à Drucat Le Plessiel (80). Une inspection d’urgence lancée par la préfecture de la Somme pour contrôler le nombre de vaches sur l’exploitation laitière, autorisée à en gérer 500. Or selon un ancien salarié, licencié récemment, il y aurait près de 700 bêtes. C’est son témoignage qui aurait provoqué cette inspection surprise.

Il a témoigné anonymement à nos confrères de « Reporterre ». Il leur a ainsi déclaré : « cela fait longtemps qu’il y en a plus, on en est à 723 maintenant. Je le sais parce que c’est écrit sur le roto [l’appareil de traite – NDLR] en fin de traite. Des camions amenant de nouvelles vaches arrivent souvent. Le temps où j’étais là, au moins quatre-vingt sont arrivées. On m’a dit qu’elles venaient d’un grand élevage du centre de la France, qui a fermé ».

Lire la Suite

La Chapelle-Réanville (Eure). L’exploitant veut laisser sa ferme à une association

« Je veux que ma ferme revive ! » Devant son corps de ferme désormais vide, Jean-Claude Letellier rêve d’un autre avenir pour son patrimoine agricole. Il voit bien dans ses 3 hectares de bâtiments et de prairies, une ferme pédagogique, une association d’insertion ou pourquoi pas, du maraîchage.

Il faut dire que l’exploitant revient de loin. Souvenez-vous, son histoire avait défrayé la chronique en 2010. Les services vétérinaires de l’État qui effectuent chaque année des prélèvements pour des analyses, détectent cette année-là un taux anormalement élevé de PCB dans ses œufs ! Conséquences : la production est suspendue, son élevage de 4 000 volailles abattu.[…]

Source: www.ledemocratevernonnais.fr