Catégorie : Import & Export

Grippe aviaire: l’interdiction d’exporter les oiseaux vivants et oeufs à couver étendue à la majorité des Landes

Paris (AFP) – Le gouvernement a interdit samedi l’expédition « d’oiseaux vivants, de poussins d’un jour et d’oeufs à couver » dans plus de 200 communes du département des Landes « à destination d’autres Etats membres de l’Union européenne ou de pays tiers », selon un arrêté paru au Journal officiel.

Cette interdiction vient compléter celle déjà annoncée dans un arrêté du 3 décembre et concernant jusqu’à présent le département de la Dordogne, où sont apparus les premiers foyers de grippe aviaire ces dernières semaines.

L’arrêté, d’application immédiate, prévoit que le transport de ces produits avicoles est désormais soumis à autorisation du préfet, après avis des services vétérinaires.[…]

Lire la Suite

Inquiétante progression de la grippe aviaire dans le sud-ouest

[…] Le ministère de l’Agriculture souligne que « Il est important de noter que selon l’Anses, les souches identifiées sont des souches d’origine européenne. Il ne s’agit pas de souches asiatiques, et ce n’est donc pas la souche asiatique détectée il y a quelques années ». Il précise également que la viande, le foie gras, les œufs ne présentent aucun risque pour la consommation au regard de cette maladie. Concernant les conséquences pour les éleveurs, une indemnisation est prévue par arrêté ministériel. L’Etat prend également en charge le financement des mesures de surveillance et de nettoyage et désinfection. Il est cependant à craindre des conséquences financières découlant de la fermeture de marchés.

Lire la Suite

Grippe aviaire: les éleveurs landais sur le qui-vive mais sereins – L’Express

[…] Depuis la découverte des deux premiers foyers le 6 décembre, à Josse – petit village situé non loin de là – et à Douazit (Landes), M. Graciet enchaîne les réunions avec les éleveurs, les pouvoirs publics et les services vétérinaires.

Ses collègues landais, dit-il, « ont été très réceptifs aux consignes de précautions », et lui-même les applique strictement: pas question pour le visiteur d’approcher de l’enclos des palmipèdes, à 700 mètres des étables et de la ferme. Il limite la circulation dans l’exploitation au strict nécessaire, et a mis à l’abri des oiseaux migrateurs mangeoires et abreuvoirs pour ses palmipèdes.[…]

Lire la Suite

Grippe aviaire : « le risque n’est pas sanitaire, il est économique »

[…] Comme ne cesse de le rappeler le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, « l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’homme par la consommation de viande, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire. » Ce que nous confirme François Moutou : « il n’y a aucun risque pour les populations et aucun risque de transmission en mangeant de la volaille ». Et celui-ci d’évoquer les précédentes épidémies de H5N1. Même dans les cas de décès asiatiques, ils étaient liés à des contacts rapprochés avec les volailles dans les marchés, dans des conditions d’hygiène médiocre.

En réalité, le risque se situe au niveau de la filière animale. Car aujourd’hui, l’enjeu – à moins d’un mois des fêtes de fin d’année – est bien de continuer à vendre du foie gras malgré les mesures de précaution, qui s’accumulent.[…]

Lire la Suite

Grippe aviaire: le Maroc maintient ses barricades en dépit des assurances de Paris

Loïc Evain se serait-il trompé ? Alors qu’après la découverte de cas de grippe aviaire en France, quatre pays d’Afrique du nord avaient fermé leurs portes à la volaille française, le directeur général adjoint de l’alimentation avait affirmé à l’AFP que la situation était sous contrôle et que des pays comme le Maroc pourraient très vite rouvrir leur marché aux volailles de l’hexagone.

Mais, indique Maghreb Emergent, c’est l’inverse qui semble se produire. Rabat vient en effet d’élever son niveau de vigilance face à une possible contamination de ses élevages.

[…] De son côté le ministre français de l’agriculture Stéphane Le Foll (photo) joue la carte de l’apaisement en réaffirmant que: «l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’homme par la consommation de viande, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire». Reste à savoir si cela suffira pour faire céder la méfiance du royaume chérifien et de ses voisins d’Afrique du nord.