Catégorie : Laboratoires

Lire la Suite

La grippe aviaire H5N1 de retour en France

Les services vétérinaires du département ont été alertés vendredi dernier après la mort de 22 des 30 animaux. Des analyses ont révélé la présence du virus, probablement transmis par des canards sauvages, selon la préfecture. Les volatiles rescapés ont été euthanasiés et la basse-cour désinfectée.

Les prélèvements ont été transférés à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui a confirmé mardi les premiers résultats.

Lire la Suite

Campagne 2016 des plans de surveillance et de contrôle alimentaires

Publication d’une instruction technique DGAL/SDPRAT/2015-1013 du 25-11-2015 ayant pour objet les dispositions générales relatives à la campagne 2016 des plans de surveillance et de contrôle de la contamination des productions primaires animale et végétale, des denrées alimentaires d’origine animale et des aliments pour animaux.

Chaque année, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) du Ministère chargé de l’agriculture élabore et met en œuvre un ensemble de plans de surveillance et de plans de contrôle (PSPC).

Lire la Suite

Montpellier : ils font parler les cadavres d’animaux

A Montpellier, le laboratoire du conseil départemental, spécialisé en santé animale, recherche les causes de la mort.
Il a été retrouvé mort deux jours plus tôt, échoué sur une plage de Sète. Un dauphin bleu et blanc mesurant près de deux mètres est allongé sur une table en acier du laboratoire départemental vétérinaire (1) à Montpellier. Nicolas Keck commence à disséquer l’animal. Depuis une vingtaine d’années, ce vétérinaire (également directeur adjoint du service) reçoit des animaux décédés, destinés à être autopsiés. « Lorsque j’étais étudiant, je n’aimais pas cette confrontation avec la mort. Pourtant l’autopsie est essentielle pour pouvoir poser un diagnostic. Avec le temps, j’y trouve même un intérêt intellectuel. C’est une sorte de jeu de… « […]

Lire la Suite

La fièvre catarrhale ovine s’étend à quatre nouveaux départements

Des cas de FCO ont été détectés pour la première fois dans le Cantal, l’Indre, la Loire et la Saône-et-Loire, tandis que de nouveaux foyers ont été repérés dans la Nièvre.

Dans l’Indre, « un cas a été mis en évidence sur un cheptel tiré au sort pour la campagne de surveillance nationale », dans un élevage de la commune de La Berthenoux, a précisé la préfecture dans un communiqué.

Dans ce département, la zone d’interdiction, d’où seuls les animaux destinés à être abattus dans les 24H peuvent sortir, a été étendue à 32 communes. Dans le Cher voisin, où trois foyers ont été identifiés fin septembre,…

Lire la Suite

Fièvre catarrhale : les deux tiers du département de l’Ain sous surveillance

Après la découverte d’un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) dans l’Allier, mi-septembre, puis une quarantaine d’autres depuis, les autorités ont mis en place le dispositif de surveillance des élevages prévu dans pareille situation.

Il s’agit d’établir un zonage en fonction de la distance de l’exploitation contaminée, de sorte à juguler la propagation de la maladie en limitant les allées et venues des animaux.
Trois niveaux d’alerte sont mis en place…

Animaux, végétaux, aliments : la surveillance sanitaire du territoire est réorganisée

[…] L’ordonnance redéfinit en outre ce que recouvre la surveillance sanitaire et biologique du territoire, qui s’étend désormais à la santé animale, à la protection des végétaux et à la sécurité sanitaire des aliments. Son objectif est double : constater l’état sanitaire dans ces trois domaines et détecter l’apparition d’effets non intentionnels des pratiques agricoles sur l’environnement (organismes génétiquement modifiés, etc.). Les missions des professionnels concernés sont précisées, ainsi que celles de l’État (gestion des dangers sanitaires réglementés, des phénomènes émergents, etc.). Enfin, le texte consacre l’existence de plates-formes d’épidémiosurveillance dans les trois secteurs, censées fournir un appui méthodologique et opérationnel (conception, déploiement, animation, valorisation, évaluation des dispositifs de surveillance) aux acteurs publics et privés de la veille sanitaire et biologique. Les conditions de collecte, de traitement et de transmission des données d’épidémiosurveillance à une plate-forme restent à définir par décret.

Quant aux laboratoires nationaux de référence, ils apportent leur appui scientifique et technique à l’État, aux laboratoires agréés et aux plates-formes, voire aux autres gestionnaires de dispositifs de surveillance, dans le cadre de la collecte, du traitement, de la transmission et de la diffusion des informations d’épidémiosurveillance récoltées.