Catégorie : Organisation

Lire la Suite

À Rouen, l’État paye 100.000 euros de loyer pour un immeuble… vide

[…] Situé sur la rive gauche de Rouen, cette bâtisse de neuf étages et d’une surface de 12.000 m², avec 210 places de parkings en sous-sol, devait initialement concentrer les services de l’Etat au même endroit dans une logique de rationalisation des coûts et de mise en cohérence. Devaient donc être réunis l’Agence régionale de santé, la direction départementale de la protection des populations, les services de la Direccte et les services de la direction départementale de la cohésion sociale. Sauf que le projet n’a jamais abouti. […]

Lire la Suite

Space 2015. 882 000 personnes ont un emploi lié à l’élevage

[…] Alimentation, santé animale, bâtiment, logistique, collecte, transformation, recherche, administration, co-produits, distribution, tous les secteurs liés à l’élevage ont été passés au crible pour cette étude. Ainsi à une exploitation correspond 1,3 équivalent temps plein travaillant directement sur l’exploitation, 0,4 en amont, 1 en aval, 0,3 dans la distribution et 0,1 dans le public ou le parapublic.

Agathe Lang, chargée de mission au GIS Élevage Demain, précise que le niveau d’incertitude de ces chiffres est finalement assez faible, « de l’ordre de 2 % ». Elle constate également que la proportion d’emplois liée directement aux exploitations fluctue en fonction du type d’élevage. Ainsi, en élevage porcins, seuls 14 % des emplois sont liés directement aux élevages pour 54 % liés à l’aval et 20 % à la distribution, signe que le produit subit une forte transformation.

Lire la Suite

Contrôle sanitaire : le Conseil d’État confirme les missions régaliennes de l’État

[…] Un point que le Syndicat national des inspecteurs en santé publique vétérinaire (SNISPV) n’a pas manqué de relever. Ainsi, pour le Conseil d’État, « la circonstance que le ministre de l’Agriculture puisse procéder à la suspension ou au retrait de la reconnaissance d’un organisme à vocation sanitaire est sans incidence sur l’effectivité du contrôle sanitaire et, par suite, sur la légalité du décret attaqué ».

Le SNISPV rappelle tout de même que si, en théorie, l’administration est censée réintégrer les missions d’un délégataire défaillant, en pratique, c’est une autre histoire. Il suffit de relire le rapport du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) en 2013 : « L’analyse des délégations existantes montre que l’État est en position de faiblesse une fois qu’il a délégué » ; « une mission déléguée est quasiment sans retour possible ».
Pour le syndicat, il faut également interpréter la décision du Conseil d’État comme…