Catégorie : Santé animale

Lire la Suite

Virus aviaire dans les Landes : les chasseurs victimes collatérales

[…] Recensement de tout détenteur d’oiseaux captifs, examens cliniques des élevages commerciaux, transports des volailles et des œufs à couver interdits sauf dans des cas précis et strictement contrôlés par les services vétérinaires, désinfection des matériels ou des moyens de transports entrant et sortant… Voilà quelques-unes des mesures prises par les services de l’État. Autres mesures prises : l’interdiction de chasser tout oiseau et d’utiliser des chiens de chasse sur le territoire des périmètres réglementés, et ce, pendant trente jours.

Lire la Suite

Inquiétante progression de la grippe aviaire dans le sud-ouest

[…] Le ministère de l’Agriculture souligne que « Il est important de noter que selon l’Anses, les souches identifiées sont des souches d’origine européenne. Il ne s’agit pas de souches asiatiques, et ce n’est donc pas la souche asiatique détectée il y a quelques années ». Il précise également que la viande, le foie gras, les œufs ne présentent aucun risque pour la consommation au regard de cette maladie. Concernant les conséquences pour les éleveurs, une indemnisation est prévue par arrêté ministériel. L’Etat prend également en charge le financement des mesures de surveillance et de nettoyage et désinfection. Il est cependant à craindre des conséquences financières découlant de la fermeture de marchés.

Lire la Suite

Grippe aviaire: les éleveurs landais sur le qui-vive mais sereins – L’Express

[…] Depuis la découverte des deux premiers foyers le 6 décembre, à Josse – petit village situé non loin de là – et à Douazit (Landes), M. Graciet enchaîne les réunions avec les éleveurs, les pouvoirs publics et les services vétérinaires.

Ses collègues landais, dit-il, « ont été très réceptifs aux consignes de précautions », et lui-même les applique strictement: pas question pour le visiteur d’approcher de l’enclos des palmipèdes, à 700 mètres des étables et de la ferme. Il limite la circulation dans l’exploitation au strict nécessaire, et a mis à l’abri des oiseaux migrateurs mangeoires et abreuvoirs pour ses palmipèdes.[…]

Compte rendu du Conseil des Ministres, mercredi 9 décembre 2015 | les informations de Tahiti

La déclaration obligatoire de ces maladies est le préalable requis à la mise en place de tout système de surveillance permettant à la Polynésie française de connaître, surveiller et faire reconnaître au niveau international son statut sanitaire.

En effet, pour la reconnaissance du statut sanitaire d’un pays vis à vis d’une maladie, l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE) fixe comme premier critère le caractère obligatoire de la déclaration de cette maladie. Cette exigence peut avoir un impact important sur les échanges internationaux tant à l’importation qu’à l’exportation.
Sur proposition du Président de la Polynésie française et après avis du ministère en charge de la santé et du comité consultatif pour la biosécurité, le Conseil des ministres a approuvé un arrêté qui met à jour et classe, par ordre alphabétique, les maladies transmissibles des animaux à déclaration obligatoire et des maladies transmissibles des animaux faisant l’objet de mesures de police sanitaire en Polynésie française.