Étiquette : abattoir

Lire la Suite

Abattoir d’Alès : de multiples alertes avaient été lancées

[…] Pour Olivier Lemarignier, chef du service sécurité sanitaire des aliments à la DDPP du Gard, la vidéo de l’association n’a rien changé :« Un vétérinaire et trois techniciens font les contrôles à l’abattoir sur toute la chaîne : déchargement, logement, transport, étourdissement, préparation des carcasses, inspection post mortem, refroidissement, stockage. Une inspection avait fait remonter des pratiques non conformes. C’est cette inspection qui nous avait décidés à envoyer une mise en demeure à l’établissement. Nous nous appuyons sur nos constats, pas sur un montage vidéo d’une association. »L’abattoir était déjà dans le collimateur d’une autre association, l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA). A plusieurs reprises, entre 2008 et 2011, ses responsables avaient demandé à avoir accès au site. A la suite d’une visite en 2008, où son enquêteur avait relevé de nombreux dysfonctionnements, l’OABA avait saisi la direction départementale des services vétérinaires du Gard et la sous-direction de la santé et de la protection animale du ministère de l’agriculture. En 2009, l’association, à la suite d’une nouvelle inspection d’un de ses délégués, avait noté les efforts qui avaient été réalisés, en particulier l’embauche de trois personnes dont un responsable qualité. Mais elle émettait encore des réserves sur les méthodes d’abattage des ovins, tout comme en 2011 puis en 2014.[…]

Lire la Suite

Morbihan. Un bœuf blessé à l’abandon pendant 36 heures à l’abattoir, la SPA porte plainte

Les services de la préfecture qui sont intervenus lundi ont par ailleurs estimé que l’animal « ne présentait pas de signe de souffrance excessive » mais « qu’il aurait dû avoir de l’eau, de la nourriture et une protection » et que le bien-être animal « n’avait suffisamment été pris en compte », selon Ouest-France.

La SPA a décidé de porter plainte contre l’abattoir Le Floch et la Direction de la protection des populations du Morbihan, dont les services sont intervenus lundi.

Lire la Suite

Trappes (Yvelines) : 1 400 moutons seront sacrifiés à l’abattoir mobile

…sous le contrôle des services vétérinaires de la direction départementale de la protection des populations (DDPP). Ce matin, quelques retardataires ont bien tenté de venir acheter un mouton mais en vain. « J’en voulais un pour mon fils mais on me dit qu’il n’y en a plus. J’espère qu’il en trouvera un ailleurs », glisse un homme avant de s’éclipser rapidement.

Alpes-Maritimes. Fête de l’Aïd, la Préfecture communique les règles d’abattage des animaux | AzurTV

Il est donc rappelé que les animaux sacrifiés rituellement ne pourront être abattus que dans un abattoir agréé par le Préfet, sous le contrôle des inspecteurs sanitaires de la direction départementale de la protection des populations. Dans le département des Alpes-Maritimes, l’abattoir de Puget-Théniers est réservé prioritairement aux bouchers professionnels, un abattoir temporaire est situé sur la commune d’Escragnolles, un autre sur la commune de Contes. Les viandes issues de ces abattoirs autorisés sont revêtues d’une marque garantissant leur salubrité et leur aptitude à la consommation humaine.

Lire la Suite

Sarcelles : un abattoir provisoire pour l’Aïd

[…] Des agents des directions départementales de la protection des populations (DDPP) d’Ile-de-France veilleront au respect des règles d’abattage et procéderont à l’inspection sanitaire des carcasses dans ces huit abattoirs. Notez qu’une interdiction de transport de déchargement d’animaux vivants sur la voie publique est mise en place depuis le 9 septembre et jusqu’au 4 octobre.

Lire la Suite

Bouches-du-Rhône : des abattoirs temporaires pour l’Aïd El Kébir – France 3 Provence-Alpes

Dans un communiqué, la Préfecture des Bouches-du-Rhône rappelle que « seules ces structures garantissent le respect des règles d’hygiène et de sécurité, la présence d’un sacrificateur agréé par l’instance religieuse et une inspection sanitaire par les services de l’Etat ».

Le dispositif a pour but d’éviter la consommation de viandes impropres à la consommation (certaines parties du corps de l’animal comme la rate, une partie de l’intestin et la moelle épinière ne doivent pas être consommées) ou un risque d’épizootie lié à la proximité des animaux.

Les services de l’Etat procèderont à des contrôles pour vérifier la bonne application de ces règles et le respect de l’organisation mise en place. Aucun abattage n’est autorisé en dehors des sites agréés à l’occasion de l’Aïd El Kébir.