Étiquette : abattoirs

Lire la Suite

Abattoir d’Alès : phase de test pour un « redémarrage progressif »

Un « test de fonctionnement » devant permettre un « redémarrage progressif » de l’abattoir d’Alès, fermé après la diffusion mi-octobre d’une vidéo montrant de très mauvaises conditions d’abattage, a débuté mercredi, a annoncé jeudi la préfecture du Gard.

« Un redémarrage partiel de l’activité de l’abattoir ». Le maire d’Alès Max Roustan (LR) a décidé mercredi « d’un redémarrage partiel de l’activité de l’abattoir », selon le communiqué de la préfecture. Cette mesure est conforme aux engagements pris par l’ensemble des acteurs de la filière {…]

Un test en fonctionnement a débuté mercredi 9 décembre sous le contrôle d’un vétérinaire référent national des abattoirs. Très attendu par les éleveurs du territoire et l’ensemble de la filière viande qui considéraient cette structure municipale comme vitale pour leur survie financière, ce « redémarrage progressif » concernera les bovins, ovins et porcins, la filière équine étant abandonnée. Cette phase de test, « sous le contrôle des services de l’Etat, doit permettre d’évaluer, en fonctionnement, les restructurations effectuées et assurer une activité pérenne et exemplaire en matière de respect des règles sanitaires et du bien être animal », explique la préfecture.

Lire la Suite

L’abattoir d’Alès s’apprête à redémarrer progressivement

|…] Cette phase de test, « sous le contrôle des services de l’Etat, doit permettre d’évaluer, en fonctionnement, les restructurations effectuées et assurer une activité pérenne et exemplaire en matière de respect des règles sanitaires et du bien être animal », explique la préfecture. L’Etat a par ailleurs mandaté un audit économique et financier afin d’assurer la pérennité et la bonne gouvernance future de l’abattoir.

Lire la Suite

L’abattoir d’Alès rouvre ses portes : « Les méthodes ignobles sont toujours là »

Après le choc des images, le retour à la normale. L’abattoir d’Alès (Gard) a rouvert ses portes ce mercredi, pour une phase de test, après un peu moins de deux mois d’inactivité. A la mi-octobre, l’établissement avait précipitamment fermé à la suite de la diffusion d’une vidéo tournée par l’association de défense animale L214, montrant des méthodes d’abattage très violentes.

Depuis, une enquête sanitaire a été menée. Elle aurait simplement mis en lumière « quelques dysfonctionnements », « désormais réglés », selon nos confrères de France Bleu Gard-Lozère, qui dévoilent l’information. Un résultat qui est loin de satisfaire Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214.

Lire la Suite

Villeneuve-sur-Lot : encore un peu de patience pour connaître l’avenir de l’abattoir

Hier, selon Serge Bousquet-Cassagne, ce serait plutôt le plan d’investissement qui aurait inquiété les juges. « Nous investirons en fonction de ce que nous demanderont les services vétérinaires pour que l’on reste en classe 2 (agrément qui permet notamment d’exporter, NDLR) et pour éviter un vide sanitaire. Car nous espérons pouvoir reprendre sans coupure de l’activité. S’il ferme, même temporairement, on n’existe plus, les apporteurs prendraient peur. »

Lire la Suite

Abattoir clandestin aux écuries d’Hyères

Emplois dissimulés, abattage d’animaux sans agrément, infraction fiscale… Un contrôle a mis au jour une succession d’irrégularités dans des écuries hyéroises

Voilà qui pourrait faire du foin dans le milieu équestre de la région… Des écuries situées à Hyères ont fait l’objet, la semaine dernière, d’un contrôle faisant apparaître des irrégularités au sein du centre local de cette importante structure régionale, qui compte sept sites répartis entre les Alpes-de-Haute-Provence, les Bouches-du-Rhône et le Var (à La Crau, Six-Fours, Le Pradet et bien évidemment Hyères).

Une quarantaine de policiers nationaux, accompagnés des services vétérinaires, de représentants des haras nationaux et de l’inspection du travail, ont en effet relevé sur place divers délits et infractions.

Lire la Suite

L’abattoir de Sainte-Affrique a rouvert ses portes

«C’est le début d’une nouvelle aventure. L’abattoir de Saint-Affrique n’est pas mort. Aujourd’hui, nous envoyons un message clair à Rodez.»En ce jour de relance, 10 bovins et 32 ovins seront tués par 19 employés, contents de reprendre du service, sous l’œil vigilant de leur directeur Patrice Monguillon, du responsable qualité Laurent Appéré et du vétérinaire officiel Jean-Luc Inquimbert qui veillent à l’application des règles d’hygiène et de bien-être animal.