Étiquette : agréments

Lire la Suite

L’abattoir d’Alès s’apprête à redémarrer progressivement

|…] Cette phase de test, « sous le contrôle des services de l’Etat, doit permettre d’évaluer, en fonctionnement, les restructurations effectuées et assurer une activité pérenne et exemplaire en matière de respect des règles sanitaires et du bien être animal », explique la préfecture. L’Etat a par ailleurs mandaté un audit économique et financier afin d’assurer la pérennité et la bonne gouvernance future de l’abattoir.

Lire la Suite

Villeneuve-sur-Lot : encore un peu de patience pour connaître l’avenir de l’abattoir

Hier, selon Serge Bousquet-Cassagne, ce serait plutôt le plan d’investissement qui aurait inquiété les juges. « Nous investirons en fonction de ce que nous demanderont les services vétérinaires pour que l’on reste en classe 2 (agrément qui permet notamment d’exporter, NDLR) et pour éviter un vide sanitaire. Car nous espérons pouvoir reprendre sans coupure de l’activité. S’il ferme, même temporairement, on n’existe plus, les apporteurs prendraient peur. »

Lire la Suite

Figeac (Lot). Le refuge canin et félin remis aux normes

Des travaux de remise aux normes devenus nécessaires, selon les services vétérinaires.

«Comme nous n’avons aucune référence en matière de chenil, dit Fausto Araqué, car nous sommes le seul du département, nous avons visité celui du centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat pour nous en inspirer. Les dalles seront donc refaites en béton, avec tous les systèmes d’évacuation revus et corrigés. Un caniveau central récupérera tous les déchets et immondices divers, les amènera vers deux grandes fosses septiques de 12 000 litres chacune, avant de les diriger vers l’épandage et l’assainissement. Une cuve de 15 000 litres pour récupérer les eaux de pluies sera construite».

Lire la Suite

Mauléon (Pyrénées-Atlantiques). L’abattoir, un terrain particulièrement prisé

[…] « Nous sommes désormais au dernier rang des classements sanitaires. C’est le dernier seuil avant la fermeture », déclare Jakes Sallaberremborde, directeur d’Axuria. Cette classification de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP, ex-direction des services vétérinaires) est arrivée en août dernier.

La coopérative est donc tenue de créer une nouvelle salle de découpe pour les ovins qu’elle commercialise. […]

Lire la Suite

Ferme des 1000 veaux – Soupçons d’irrégularités, le procureur de la République saisi

[…] A travers la France, ce sont 29 projets de fermes-usines qui sont à l’étude ou à l’œuvre. En juin dernier, la ferme-usine des 1000 vaches avait été mise en demeure par le préfet de la Somme après la publication du témoignage d’un ancien employé de l’entreprise sur les conditions d’élevage, et une inspection de la Direction départementale de protection des populations (DDPP). «On voit ce que ça donne en réalité, derrière les belles promesses», notait à l’été Aurore Lenoir, du collectif OEDA.

Lire la Suite

Deux ruches seront installées au lycée Rémi-Belleau de Nogent-le-Rotrou

« La préparation administrative de ce projet a été un parcours du combattant, souligne le proviseur Michel Toumoulin, il a fallu le présenter au sous-préfet, recueillir l’avis favorable de l’académie, de la direction des services vétérinaires ». Les ruches fabriquées par les élèves de Segpa du collège des petits sentiers, à Lucé, accueilleront des abeilles noires du Perche. Un projet pédagogique interdisciplinaire va être construit autour du rucher.

L’abattoir d’Alès fermé après une vidéo montrant des animaux maltraités

« Cet abattoir, comme l’ensemble des abattoirs de France, est sous l’exclusive responsabilité sanitaire des services de l’État, à travers la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), qui sont présents quotidiennement au sein de cet abattoir pour en surveiller le bon fonctionnement », a par ailleurs rappelé l’élu. [voir commentaire]

De son côté, la préfecture a précisé que suite à la visite de la DDPP de septembre 2015, une mise en demeure avait été adressée à l’abattoir. La visite de « re-contrôle » programmée aura lieu dès la réouverture du site, ont conclu les services de l’Etat.