Étiquette : chiens

Lire la Suite

Villevaudé (Aisne) : le refuge accueille des dizaines de chiens rescapés de mauvais traitements

« Il y avait des déjections partout, les animaux étaient visiblement sous-alimentés et dans un état de saleté terrible », décrit Anne-Laure Chauvancy, présidente de l’association qui s’est rendue sur place hier. Autre macabre découverte : les bénévoles, assistés de la gendarmerie et des services vétérinaires, sont tombés sur 171 cadavres d’animaux stockés dans des congélateurs… « Elle nous a répondu qu’elle aimait trop ses animaux pour s’en séparer », souffle Anne-Laure Chauvancy.

Lire la Suite

Vienne. Les chiens squelettiques ont repris du poil de la bête

Les 26 chiens de chasse récupérés en piteux état à Saint-Laurent-de-Jourdes ont retrouvé beaucoup d’appétit et un peu de joie de vivre au SPA de Poitiers.

Leur histoire a suscité une réelle émotion. Comment ne pas être chagriné par ces chiens anglo-français laissés dans un quasi-abandon, sans soin, ni nourriture digne de ce nom dans un chenil sauvage à Saint-Laurent-de-Jourdes, une commune du Lussacois ? Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs succombé à leur triste sort.
Huit jours après leur arrivée dans un état squelettique, à les voir s’amuser, les 26 nouveaux pensionnaires SPA de Poitiers, ont visiblement repris des forces. […]

Depuis quand sont-ils sous votre protection ?
« Le 4 décembre exactement. Suite à un contrôle de ses services, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) a saisi le procureur de la République qui a demandé le retrait immédiat des animaux. »

Lire la Suite

Savoie : 121 chiens sauvés de conditions ignobles par la SPA – Le Point

Cent vingt et un chiens, essentiellement des malamutes et des huskies, vivant dans des conditions ignobles, ont été saisis mercredi dans un élevage appartenant à un musher (pilote d’attelage) sur la commune du Planay en Savoie, annonce la Société protectrice des animaux (SPA). Les équipes de protection animale et la Cellule anti-trafic de la SPA sont intervenues avec la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations), deux vétérinaires et la gendarmerie locale, afin de porter secours à 121 chiens, dont 7 chiots.[…]

Lire la Suite

Poitiers :  » C’est moi la chef de meute ! « 

Souvent d’un élevage comme celui de Mickaëla Loiseau, responsable de l’élevage de la Vieille Puye, à La Puye. Une professionnelle du monde canin qui sera présente, ce week-end, à Poitiers. Les organisateurs du Salon du chiot tiennent à présenter des éleveurs-naisseurs qui ont pignon sur rue. « Dans l’esprit des gens, un élevage n’a rien de professionnel mais nous suivons une formation – dans mon cas un BEP élevage canin – et nous sommes très régulièrement contrôlés par les services vétérinaires », explique Mickaëla Loiseau à la tête de cinquante chiens adultes et d’autant de chiots.

Saint-Thurin (Loire). Malgré plusieurs contrôles, aucun rapport ne fait état de maltraitance envers les chiens

Un contrôle de la DDSV (Direction départementale des services vétérinaires devenue aujourd’hui direction départementale de la protection des populations) n’avait donné lieu à aucun rapport de maltraitance. Le couple avait alors 8 chiens – « deux terre-neuves, trois yorkshires, deux border collie, un sharpeï, mais aussi un chat et des lapins », liste Jennifer Picone -.

Deux enquêtrices de la SPA, qui interviennent à chaque signalement de suspicion de maltraitance, rendent visite au couple, à Saint-Thurin, alors qu’il s’apprête à déménager à Saint-Marcel-d’Urfé.

Lire la Suite

Figeac (Lot). Le refuge canin et félin remis aux normes

Des travaux de remise aux normes devenus nécessaires, selon les services vétérinaires.

«Comme nous n’avons aucune référence en matière de chenil, dit Fausto Araqué, car nous sommes le seul du département, nous avons visité celui du centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat pour nous en inspirer. Les dalles seront donc refaites en béton, avec tous les systèmes d’évacuation revus et corrigés. Un caniveau central récupérera tous les déchets et immondices divers, les amènera vers deux grandes fosses septiques de 12 000 litres chacune, avant de les diriger vers l’épandage et l’assainissement. Une cuve de 15 000 litres pour récupérer les eaux de pluies sera construite».