Étiquette : Loire

Lire la Suite

Deux nouveaux cas de FCO dans la Nièvre

La préfecture de la Nièvre a indiqué, dans un dernier point daté du 16 décembre, que 15 nouveaux foyers de FCO sérotype 8 avaient été identifiés en France durant la semaine du 5 au 11 décembre, « tous liés à la surveillance dans le cadre des mouvements : lors d’un export ou suite à des tests effectués pour mettre des animaux en mouvement vers la zone indemne ».

Deux cas dans la Nièvre, six dans l’Allier, quatre dans le Puy-de-Dôme, un dans le Cher, un dans la Loire et un dans l’Aveyron.

Lire la Suite

Fièvre catarrhale ovine : pourquoi une nouvelle commande de vaccins est-elle lancée ? – France 3 Bourgogne

« Au 10 décembre, ce sont au total 128 cas de FCO qui ont été détectés dans le centre de la France », a indiqué le ministère de l’Agriculture vendredi 11 décembre 2015. Un précédent bilan établi mi-novembre faisait état de 90 foyers confirmés.

Parmi les 14 départements touchés, le Puy-de-Dôme (49 cas) et l’Allier (37 cas) concentrent plus des deux tiers des élevages infectés. Les autres foyers sont situés dans la Creuse (8), le Cantal, la Loire, la Nièvre (6 chacun), le Cher (4), la Haute-Loire, la Saône-et-Loire (3 chacun), l’Aveyron (2), la Corrèze, l’Indre, le Loiret et la Lozère (1 chacun).

Les zones dites « réglementées », où les mouvements de bétail sont limités, couvrent désormais 44 départements métropolitains, dont la totalité des régions Auvergne, Bourgogne, Centre et Limousin.

Lire la Suite

Loire. Fièvre catarrhale : un cas de plus mais une agriculture qui redémarre

Pas question, néanmoins, de céder à la panique. « On s’attendait à ce troisième cas », prévient Nathalie Guerson, directrice de la Direction départementale de la protection des populations. « La fièvre catarrhale progresse très lentement. Et c’est cela qu’il faut retenir. Dans la Loire, la campagne de vaccination a été un franc succès. On a pu traiter 16 000 bêtes. Il nous reste même des médicaments en stock. »

Saint-Thurin (Loire). Malgré plusieurs contrôles, aucun rapport ne fait état de maltraitance envers les chiens

Un contrôle de la DDSV (Direction départementale des services vétérinaires devenue aujourd’hui direction départementale de la protection des populations) n’avait donné lieu à aucun rapport de maltraitance. Le couple avait alors 8 chiens – « deux terre-neuves, trois yorkshires, deux border collie, un sharpeï, mais aussi un chat et des lapins », liste Jennifer Picone -.

Deux enquêtrices de la SPA, qui interviennent à chaque signalement de suspicion de maltraitance, rendent visite au couple, à Saint-Thurin, alors qu’il s’apprête à déménager à Saint-Marcel-d’Urfé.

Lire la Suite

La Talaudière (Loire). Odeurs nauséabondes : cinq entreprises identifiées au pôle viande

Les problèmes d’odeurs nauséabondes qui règnent sur la commune de La Talaudière, principalement depuis septembre 2014, faisaient l’objet d’une réunion publique organisée par la municipalité, vendredi soir. Près de 200 Talaudiérois avaient fait le déplacement pour écouter et réagir aux propos tenus par la directrice départementale de la protection des populations, Nathalie Guerson, assistée par Rachel Astier Tissot, inspectrice de l’environnement.

Lire la Suite

La Talaudière (Loire). Odeurs nauséabondes : le maire veut faire le point avec les habitants

[…] Car c’est toujours le même secteur qui est montré du doigt par les habitants : le Pôle de la viande. Là est installée une dizaine d’entreprises agroalimentaires qui manipulent du lait ou de la viande.

Alertée par le maire, la Direction départementale de protection des populations (DDPP) s’est penchée sur la question. Et a effectué des contrôles inopinés aux abattoirs. Sans rien relever d’anormal.

Ces analyses sont trop ponctuelles pour être convaincantes selon Pascal Garrido, qui a réclamé au préfet « une enquête pour rechercher la source des nuisances ». Il est même prêt à financer une expertise réalisée par un cabinet spécialisé. « S’il le faut, on paiera ! », assène-t-il. Une chose est sûre : ces odeurs qui durent depuis trop longtemps alimentent les conversations des Talaudiérois. « De nombreux ragots circulent », constate le maire. Alors, pour y mettre fin, il a décidé d’organiser une réunion publique sur le sujet, vendredi soir. « Pour que les gens soient au courant. La DDPP sera là et fera un point sur la situation ».

En attendant, les habitants peuvent continuer à signaler à la mairie les jours et heures auxquels ils sentent ces odeurs, l’objectif étant d’établir une cartographie des odeurs.

Lire la Suite

« J’ai créé le premier élevage de grenouilles made in France ! » – France Dimanche

[…] Mais cette espèce de grenouille adopte très tôt un comportement cannibale et mange ses congénères. De fait, seuls 20 % des nouveau-nés survivront pour se métamorphoser en grenouillettes. Il leur faudra ensuite huit mois en bacs de grossissement pour devenir adultes. Elles seront endormies par le froid, avant l’abattage agréé par les services vétérinaires. La production représente environ 4 tonnes par an, mais j’espère bien atteindre les 20 tonnes dans quelques années. »