Étiquette : pollution

Lire la Suite

Biodéchets : de la nécessité de clarifier sans opposer

Le GECO Food Service s’étonne de l’article de RPF Cuisine Pro intitulé «Biodéchets : une partie de la restauration collective serait hors-la-loi », et de la réaction du SYNEG concernant le « Guide sur la Gestion des Biodéchets en restauration » en cours de rédaction.
Suite à certaines pratiques observées par les Directions Départementales de la Protection de la Population, le Ministère de l’Agriculture a mandaté le GECO Food Service pour réaliser un Guide sur la Gestion des Biodéchets en restauration, avec le soutien financier de l’ADEME.
Ce Guide est conçu et rédigé PAR des professionnels de la restauration, POUR des professionnels de la restauration.

Lire la Suite

La Talaudière (Loire). Odeurs nauséabondes : cinq entreprises identifiées au pôle viande

Les problèmes d’odeurs nauséabondes qui règnent sur la commune de La Talaudière, principalement depuis septembre 2014, faisaient l’objet d’une réunion publique organisée par la municipalité, vendredi soir. Près de 200 Talaudiérois avaient fait le déplacement pour écouter et réagir aux propos tenus par la directrice départementale de la protection des populations, Nathalie Guerson, assistée par Rachel Astier Tissot, inspectrice de l’environnement.

Lire la Suite

La Talaudière (Loire). Odeurs nauséabondes : le maire veut faire le point avec les habitants

[…] Car c’est toujours le même secteur qui est montré du doigt par les habitants : le Pôle de la viande. Là est installée une dizaine d’entreprises agroalimentaires qui manipulent du lait ou de la viande.

Alertée par le maire, la Direction départementale de protection des populations (DDPP) s’est penchée sur la question. Et a effectué des contrôles inopinés aux abattoirs. Sans rien relever d’anormal.

Ces analyses sont trop ponctuelles pour être convaincantes selon Pascal Garrido, qui a réclamé au préfet « une enquête pour rechercher la source des nuisances ». Il est même prêt à financer une expertise réalisée par un cabinet spécialisé. « S’il le faut, on paiera ! », assène-t-il. Une chose est sûre : ces odeurs qui durent depuis trop longtemps alimentent les conversations des Talaudiérois. « De nombreux ragots circulent », constate le maire. Alors, pour y mettre fin, il a décidé d’organiser une réunion publique sur le sujet, vendredi soir. « Pour que les gens soient au courant. La DDPP sera là et fera un point sur la situation ».

En attendant, les habitants peuvent continuer à signaler à la mairie les jours et heures auxquels ils sentent ces odeurs, l’objectif étant d’établir une cartographie des odeurs.

Lire la Suite

Accusé de tuer ses orques – Le Marineland dans la tourmente

[…] Par ailleurs, la direction départementale de la protection des populations a trouvé des traces d’hydrocarbures dans le bassin des orques, suite à une inspection réalisée mardi matin. «Le bassin a été submergé par une vague. Elle était chargée de matières polluantes, vraisemblablement du gasoil, qui venait d’on ne sait où, a expliqué la directrice de ce service de l’Etat, Sophie Béranger-Chervet, dans un entretien publié vendredi dans le quotidien régional « Nice-Matin ». Peut-être des villas environnantes. Cela a pollué l’eau des orques». «Le point noir, c’est le bassin des orques», a-t-elle reconnu, sans pour autant blâmer le personnel du parc.

Terres agricoles polluées par la guerre. Sept agriculteurs ne peuvent plus vendre leurs productions dans la Meuse

Le 6 juillet, à la veille des moissons, sept agriculteurs du canton de Spincourt, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Verdun, ont reçu la visite de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (Ddcspp). « Ils m’ont dit que je n’avais rien à me reprocher mais que, par précaution, je ne pourrais plus vendre mes récoltes, mes bêtes et mon lait jusqu’à nouvel ordre », raconte cet agriculteur quadragénaire, encore meurtri par le choc de l’annonce.

Lire la Suite

Affaire des « sols pollués» dans la Meuse : des explications

Face aux journalistes, la préfecture avait convoqué des représentants de la DDT (direction départementale des territoires), de la DREAL (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), de la DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations), du BRGM (bureau de recherches géologiques et minières) et de l’ARS (agence régionale de santé).