Étiquette : Protection animale

Lire la Suite

L’éléphante Vana Mana dispensée de spectacle

En novembre dernier, l’éléphant a été réexaminé par les services vétérinaires lors du spectacle de Nancy. Ils ont constaté « l’excellente santé » de l’animal « bien entendu aucunement maltraité », rapporte le cirque. Selon ce dernier, « l’association diffuse une vidéo datant de plus de 20 ans ! Elle cherche à tromper les spectateurs sur les dates, afin de créer un doute qui n’existe pas. Notre cirque a toujours protégé les animaux. M. Bouglione père était lui-même dresseur d’éléphants », précise la direction pour qui « l es conditions d’hébergement, le suivi vétérinaire, l’âge de l’éléphant […] invalident totalement la thèse de la moindre maltraitance ».

Cependant, Vana Mana ne pourra plus entrer en piste ni à Metz ni dans les dizaines d’autres villes où le cirque Bouglione prévoit de faire étape jusqu’au printemps. Son dresseur Lars Holsher et la danseuse qui participe au numéro ont également été remerciés le temps de la tournée.

Lire la Suite

Villevaudé (Aisne) : le refuge accueille des dizaines de chiens rescapés de mauvais traitements

« Il y avait des déjections partout, les animaux étaient visiblement sous-alimentés et dans un état de saleté terrible », décrit Anne-Laure Chauvancy, présidente de l’association qui s’est rendue sur place hier. Autre macabre découverte : les bénévoles, assistés de la gendarmerie et des services vétérinaires, sont tombés sur 171 cadavres d’animaux stockés dans des congélateurs… « Elle nous a répondu qu’elle aimait trop ses animaux pour s’en séparer », souffle Anne-Laure Chauvancy.

Lire la Suite

Vosges : chevaux maltraités, l’éleveur devra débourser plus de 15.000 €

[…] En cause, l’état de maigreur flagrante d’une grande partie des chevaux qu’il parquait dans l’ancienne école d’agriculture de Razimont. Au gré des contrôles, les constatations sont terribles : entre 12 et 15 chevaux (sur un peu plus d’une vingtaine) présentant des défauts d’alimentation, une litière de 40 à 50 centimètres dans des box mal adaptés, l’absence de soins… Le paroxysme a été atteint lorsque les services départementaux ont décidé de la saisie de ses chevaux. En effet, un cheval mort depuis plus de deux mois a été découvert dans les locaux. Un poney et un cheval ont également dû être euthanasiés au regard de leur état physique irrécupérable.

D’où le procès qui s’est tenu dernièrement devant le tribunal correctionnel d’Epinal. Un procès au cours duquel l’éleveur ne s’est pas présenté alors qu’il devait répondre entre autres de « mauvais traitements infligés sans nécessité à des animaux domestiques. » […]

Lire la Suite

Côte-d’Or : une affaire de maltraitrance de bovins dans l’Auxois

Neuf bovins ont été retiré à leur propriétaire à Essey, entre Pouilly-en-Auxois et Arnay-le-Duc. Les bêtes étaient confinées dans un bâtiment où elles étaient sous-alimentées et ne pouvaient pas boire à volonté. Les animaux manquaient aussi de soins vétérinaires.

les premières alertes remontent à fin 2014. A l’époque, les services de la protection des populations étaient intervenus après signalement d’animaux divaguant sur les routes, sans doute affamés.

En inspectant l’exploitation agricole, ils avaient constaté le mauvais état des animaux et formulé des recommandations pour améliorer la tenue de l’élevage. Ces préconisations n’ont pas été écoutées. C’est donc ce qui a amené la DDP a retirer 9 animaux à leur propriétaire.

Lire la Suite

Essey : 9 bovins, en situation de quasi-abandon, libérés

Jeudi dernier, les services de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) sont intervenus dans un élevage de la commune d’Essey pour mettre fin aux mauvais traitements subis par 9 bovins. Selon un communiqué de la préfecture, les animaux étaient détenus dans des conditions de quasi-abandon.

L’intervention s’est produite dans un site déjà connu des autorités puisque la préfecture indique que « les services de la DDPP avaient déjà constaté lors de précédentes inspections dans cet élevage que les conditions d’hébergement et d’entretien des animaux étaient très préjudiciables à leur état de santé ». Et de préciser : « locaux mal entretenus, pas d’accès permanent à un point d’abreuvement, sous alimentation des animaux, malnutrition des jeunes bovins dont la croissance a été gravement altérée, carences en soins vétérinaires ».