Étiquette : Rhône

Lire la Suite

Cadavres de moutons : « Ces événements sont graves » dit l’OABA

Une quarantaine de dépouilles de moutons trouvées en quelques jours : la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et les gendarmeries de l’Est lyonnais enquêtent depuis mercredi. Meyzieu, Mions, Corbas, Sérézin-du-Rhône et Neuville-sur-Saône ont été le théâtre de ces macabres découvertes.

Les différentes procédures ouvertes sont en cours et les forces de l’ordre ne disposent pas d’informations supplémentaires, selon la préfecture du Rhône. Ce mardi, aucune nouvelle découverte n’a été signalée. Mais les associations de protection animalières montent au créneau. Parmi elles, l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (Oaba) qui s’indigne de ce fait divers.[…]

Rhône: Une quarantaine de carcasses de mouton en décomposition retrouvée ces derniers jours

Chaque jour, la découverte de nouvelles carcasses vient épaissir un peu plus le mystère. Même si une piste commence sérieusement à se dessiner. Depuis près d’une semaine, une quarantaine de moutons en état de décomposition ont été retrouvés à Mions, Corbas, Neuville-sur-Saône et lundi, à Sérézin-du Rhône, enveloppés dans des sacs-poubelle puis jetés dans la nature. Pour éviter l’identification de ces bêtes, leurs oreilles ont été coupées, ce qui vient compliquer l’enquête ouverte par la gendarmerie en lien avec les services vétérinaires pour « jet de sous-produits d’animaux ou de produits dérivés ».

Lire la Suite

Rhône : de nouvelles carcasses de moutons découvertes

Avec ces six nouvelles carcasses de moutons découvertes dimanche à Sérézin-du-Rhône, le total s’élève désormais à une quarantaine dans le Rhône.

Les communes de Mions, Neuville et Corbas ont déjà recensé ce curieux phénomène : des carcasses de moutons en putréfaction, bien souvent dans des sacs-poubelles et abandonnées dans des coins.

Selon la Direction départementale de la protection des personnes (DDPP) interrogée par le Progrès, la piste de […]

Lire la Suite

Rhône. De nouveaux cadavres de moutons retrouvés à Mions

Mais que se passe-t-il à Mions, cette commune de l’est lyonnais ? En seulement 48 heures, une dizaine de carcasses de moutons, en état de décomposition avancée, ont été retrouvées sur des chemins de la commune. Vendredi d’abord, près de la rocade est, puis hier samedi, aux abords de la caserne des sapeurs-pompiers. Plusieurs paquets contenant des bêtes en état de putréfaction y ont été abandonnés. Au total, une centaine de cadavres d’ovins auraient ainsi été découverts en quelques jours à Mions, mais aussi à Corbas et Neuville-sur-Saône.

[…] Une enquête a été ouverte par les services vétérinaires et la gendarmerie pour « jet de sous-produits d’animaux ou de produits dérivés » dans ces trois communes du Rhône.

Lire la Suite

Lyon. Fièvre catarrhale ovine : une partie de la Métropole sous surveillance

Concrètement, dans la zone concernée l’ensemble des animaux susceptibles de contracter la maladie doit être recensé (y compris pour les particuliers qui ne détiendraient qu’un seul mouton ou une seule chèvre). Il est également interdit de faire sortir les animaux des zones sous surveillance, sauf pour rejoindre un abattoir pour abattage immédiat. Les éleveurs seront de leur côté formés pour reconnaître les signes de la maladie. Les services vétérinaires, de leur côté, ont entamé des discussions avec les laboratoires pour relancer la production de vaccins pour cette maladie. Une couverture vaccinale composée de 2 injections à 3 semaines d’intervalle pourra alors être envisagé.

Lire la Suite

Dans le Rhône, l’Etat renforce ses opérations de contrôle durant l’été

Durant tout l’été, les services de l’Etat du Rhône effectueront des contrôles dans de nombreux domaines. L’objectif est d’assurer la sécurité et l’information des consommateurs, qu’ils soient touristes ou habitants du département. Ces opérations seront réalisées par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) pour la restauration, le transport de marchandises, les métiers de bouche et les établissements de nuit. Les hébergements de vacances et les activités de loisirs sont aussi concernés par les quelques 300 contrôles prévus par la DDPP.